I. Présentation générale

1. Bonjour François, peux tu te présenter et décrire ton parcours professionnel ?

J'ai suivi une formation universitaire en Génie informatique et ai obtenu mon diplôme de Master à l'Université Joseph Fourier de Grenoble. J'ai ensuite rejoint en 2007 la cellule R&D au sein de la société Bull à Grenoble où j'ai intégré l'équipe de développement du serveur d'applications open source Jonas . Mes compétences en OSGi m'ont permis d'intégrer l'équipe JOnAS qui, à cette époque, entamait la refonte du serveur Java afin qu'il soit bâti sur une architecture modulaire basée sur OSGi. D'autres serveurs d'applications du type Glassfish, JBoss, et Geronimo suivront le même chemin quelques temps après. Ainsi, pendant plus de deux ans, j'ai pris part aux développements du serveur d'applications et était en charge des aspects modulaires et du déploiement. En parallèle, je suis également intervenu lors de conférences afin de présenter les travaux de l'équipe. Après cette première expérience en tant qu'expert OSGi, j'ai rejoint la société Zenika, en 2010, en tant que consultant et formateur. Actuellement, je suis en mission chez Manpower et travaille sur des applications riches de type Flex, destinées aux utilisateurs des agences Manpower en France.

II. OSGi

2. Tu es plutôt orienté OSGi et j'ai vu que tu faisais partie du OSGi User Group France.

Tout à fait, je suis membre du bureau de l'association OSGi Users Group France. Elle est composée de 3 membres : un président, un trésorier et un secrétaire, fonction que j'occupe depuis peu.

3. Et quels sont vos actions durant l'année, les rendez vous que vous proposez ?

Nous organisons plusieurs meetings par an qui sont réservés à tous les membres. Pour être membre OSGi, il suffit simplement de s'inscrire et de s'acquitter d'une cotisation. Chaque conférence est dédiée à un thème. La dernière a eu lieu en octobre dernier, ici même dans les locaux de Zenika. Cela permet de réunir tous les acteurs français du monde OSGi. Une partie des membres présente ses travaux autour d'OSGi, les problématiques qu'il rencontre et cela permet une interaction entre les différents membres. Nous essayons aussi d'organiser des écoles d'été pour sensibiliser les acteurs du monde informatique et proposons des formations OSGi. L'organisation de la réunion de l'OSGi Users Group dans les locaux de Zenika montre à quel point Zenika souhaite s'investir dans le partage des connaissances et contribuer à la communauté autant que possible.

III. OSGi et Flex

4. D'où vient l'idée d'intégrer Flex et OSGi ?

Ayant cette double compétence, je me suis demandé comment faire pour que des applications OSGi puissent bénéficier d'une interface modulaire. Etant donné qu'OSGi apporte la modularité au langage Java, la problématique était de voir comment les applications Flex pourraient s'appuyer sur ce modèle de déploiement dynamique et également de voir comment ces mêmes applications Flex pourraient communiquer de manière transparente avec des services exposés sur la plate-forme OSGi.

5. Et ça vient d'un besoin client ?

Ce besoin vient en partie de projets sur lesquels j'ai travaillé et notamment un outil d'administration de serveur d'applications Java EE appelé JASMINe. Le but était de développer différents modules distincts qui composaient l'interface de l'outil et qui pouvaient être chargés et déchargés à chaud. Une partie des développements avait été entamée mais ne permettait pas encore d'obtenir une interface entièrement dynamique.

IV. ApacheCon

6. Ce sujet que tu présentes ce soir, a été aussi présenté à ApacheCon. Est ce que tu peux nous parler de cette conférence ?

J'ai eu le plaisir de faire cette présentation à la conférence ApacheCon North America en 2010. La conférence ApacheCon est organisée dans plusieurs régions du monde dont l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie. Pour ma part, j'ai présenté mes travaux lors de la conférence nord américaine à Atlanta qui a réuni une grande partie des acteurs des projets Apache, large communauté orientée autour des développements open source. Il est à noter qu' un grand nombre de logiciels gravitant dans l'écosystème OSGi sont pilotés par des projets Apache, dont le fameux projet Apache Felix.

7. As tu rencontré des grandes stars là bas ?

Il y avait effectivement des acteurs majeurs de la communauté Apache, tels que Jim Jagielski, président de l'ASF ou encore Mark Thomas pour le serveur Tomcat, une majorité de commiters, des membres de la fondation et bien sûr des développeurs intéressés par les différentes technologies et sujets présentés.

8. Aura-t-on droit à la même présentation ce soir ?

Oui, il s'agit à peu près de la même présentation.

V. Conclusion

9. Quels sont les autres projets sur lesquels tu travailles actuellement ?

Je continue à travailler sur des RIAs dédiées aux besoins spécifiques du client et participe également à l'intégration de ces différentes applications. J'en profite pour rappeler que Zenika organise la conférence What's Next les 26 et 27 mai prochains au Grand Rex, première conférence Java d'envergure internationale organisée en France. Des talks techniques seront animés par les meilleurs spécialistes du domaine qui aborderont des sujets comme le futur de Java, Scala, NoSQL, Spring, Eclipse, HTML5, Jenkins (Hudson), etc.

10. On parle beaucoup du conflit entre HTML 5 et Flash et donc l'avenir de Flex dans tout ça, quel est ton point de vue ?

Comme l'a déclaré Adobe, je ne crois pas que Flash et Flex concurrencent directement HTML5. D'ailleurs ils ne l'ont jamais réellement fait puisqu'on a toujours vu cohabiter du HTML4 avec du Flash. On peut souligner que Flex facilite le développement d'applications d'entreprise grâce à un framework bien pensé et facile de prise en main. Il permet de centrer les développements sur les besoins des utilisateurs et favorise la prise en compte des problématiques d'ergonomie en fournissant des composants graphiques avancés.

11. Concernant le développement d'application de gestion avec OSGi, c'est quelque chose qui n'est pas courant.

C'est assez peut fréquent en effet. A l'origine, OSGi a été conçu pour des applications embarquées ou domotiques. Au fur et à mesure, il a été adopté dans le monde de l'entreprise, majoritairement au niveau de certains IDE comme Eclipse ou au coeur des architectures des serveurs d'applications. A l'heure actuelle, il y a peu d'applications de gestion qui utilisent OSGi. Une nouvelle spécification a vu le jour en 2010, c'est l'OSGi Enterprise Specifications qui couvre davantage de besoins nécessaires au développement d'applications d'entreprise. L'avenir nous dira si la part d'OSGi dans les applications de gestion augmentera.

VI. Liens

VII. Remerciements

Je remercie François et Zenika pour cet interview. Et aussi un grand merci à Eric, Rodrigue et Didier pour m'avoir aidé à réaliser cet interview.